Toujours à la pointe

Inventé en 1890 par Joseph Opinel, le couteau de poche qui porte aujourd’hui son nom est un outil indispensable pour les activités du quotidien. Depuis plus d’un siècle, Opinel incarne l’excellence du savoir-faire français avec des produits à la fois pratiques et élégants, qui ont su résister à l’épreuve du temps.

Nichée au coeur des Alpes, la vallée de la Maurienne se dévoile sous nos yeux. C’est ici qu’est née, en 1890, une marque emblématique du savoir-faire français : Opinel. Nous avons arpenté la Savoie, du village d’Albiez-le-Vieux à Chambery, en passant par Saint-Jean-de-Maurienne, sur les traces de ce précieux héritage.

Des racines savoyardes

L’histoire débute dans le village de Gevoudaz, un hameau d’Albiez-le-Vieux, en Savoie. Joseph Opinel, petit-fils d’artisan taillandier, est un passionné de nouvelles technologies. Alors qu’il travaille dans l’atelier familial, il imagine un objet pratique qu’il pourrait fabriquer en série avec des machines et techniques modernes : le couteau de poche. « C’était le début des pantalons à poche et l’idée de Joseph Opinel était de fabriquer un couteau que l’on pouvait toujours avoir avec soi. », raconte Luc Simon, directeur général adjoint d’Opinel. Après de nombreuses itérations, il met au point un couteau robuste et efficace, avec une lame fixe en acier et un manche en bois, qu’il destine aux paysans et villageois de la région. Il décline son couteau de poche en 12 tailles numérotées de 1 à 12 pour satisfaire les différents usages, « Une superbe idée marketing ! ».

Face à une demande de plus en plus forte, Joseph Opinel quitte l’atelier familial et construit sa propre usine au pont de Gevoudaz en 1901. Il élabore des machines ingénieuses pour fabriquer le couteau à plus grande échelle. En 1909, il dépose la marque Opinel ainsi que « la Main couronnée » du duché de Savoie, présente sur toutes les lames : « C’était un visionnaire et un ambitieux, cette démarche était peu commune à l’époque. », explique Luc Simon.

Joseph Opinel est quelqu’un qui a vu grand dans tous les domaines.

Luc Simon, directeur général adjoint d’Opinel

Au fur et mesure du temps, Joseph Opinel se rend compte qu’il ne peut rester dans un endroit aussi isolé pour développer son entreprise. Épaulé par ses deux fils, Marcel et Léon, il rachète en 1917 une ancienne tannerie, à l’état d’abandon, dans la commune de Cognin afin d’y établir une nouvelle usine plus performante et située près de voies de communication stratégiques comme la gare de Chambery : « Joseph Opinel est quelqu’un qui a vu grand dans tous les domaines. »

En 1926, un incendie ravage les ateliers de Cognin. La reconstruction d’une usine plus moderne est rapidement décidée, si bien qu’en 1927, un bâtiment flambant neuf est à nouveau en place pour assurer la continuité de la marque Opinel et de ses célèbres couteaux. Cet évènement témoigne de la résilience de l’entreprise familiale qui a su renaître de ses cendres mais aussi traverser les époques grâce à la qualité de ses produits et son innovation permanente. Aujourd’hui installée à Chambéry, l’entreprise Opinel a vu sortir de son usine 6,5 millions de couteaux en 2022 !

Une fabrication entre tradition et innovation

La fabrication du couteau Opinel a peu changé depuis 1890. Joseph Opinel avait dès le début imaginé un couteau simple, conçu à partir de matériaux abondamment présents dans la région : le bois et l’acier. Cinq pièces sont nécessaires pour assembler un Opinel : un manche en bois, une lame en acier, une virole fixe, un rivet et une virole tournante.

Le processus de fabrication commence par la découpe du bois pour façonner le manche avec sa forme caractéristique. L’essence majoritairement utilisé est le hêtre. C’est un bois à grain fin et homogène, réputé pour sa résistance. Certaines gammes utilisent des essences de bois plus nobles comme l’olivier, le chêne, le noyer, le buis ou encore le charme (pour les manches colorés). Une fois façonné, le manche est ensuite recouvert d’un vernis polyuréthane pour résister à l’humidité, puis gravé.

La lame inspirée d’un sabre turc, le Yatagan, est fabriquée en quatre étapes. Elle est découpée par une presse, puis subit un traitement thermique en fonction du type d’acier souhaité (carbone ou inoxydable). Elle est ensuite meulée, puis polie. La qualité de l’eau, le respect absolu des cycles de traitement thermique, l’aiguisage de la lame sont trois des paramètres intrinsèques qui forgent le caractère de l’Opinel.

Une fois que le manche et la lame sont prêts, ils sont assemblés pour former le couteau. La lame est alors fixée au manche à l’aide d’une bague de métal, appelée virole fixe, et un rivet. En 1955, un nouvel élément vient s’ajouter aux quatre composants du couteau Opinel : la virole tournante. Inventé par Maurice Opinel (petit-fils de Joseph Opinel), ce système appelé Virobloc® permet de fermer la fente et ainsi, de bloquer la lame dépliée. Un gage de sécurité pour tous les utilisateurs du couteau.

L’idée était de faire un couteau de plus en plus qualitatif mais en automatisant son mode de production.

Luc Simon, directeur général adjoint d’Opinel

Toutes ces étapes sont aujourd’hui réalisées avec des machines sophistiquées, conçues pour Opinel : « La famille Opinel a toujours investi énormément pour arriver à fabriquer ce produit avec une excellente qualité, un niveau de coût abordable et en maintenant une production en Savoie. », affirme Luc Simon avant d’ajouter « L’idée était de faire un couteau de plus en plus qualitatif en automatisant son mode de production. » Seul l’affinage final des lames est encore réalisé à la main pour garantir un tranchant de qualité.

Au fil des années, dans la continuité de la démarche de Joseph Opinel, la marque a développé de nombreuses variantes de ses couteaux : « Nous répondons à des besoins concrets dans différents univers comme le pique-nique, le jardin ou encore la cuisine », détaille Luc Simon. La préservation de l’environnement est également au coeur de la stratégie de la marque. Depuis 50 ans, la chaufferie de l’usine est alimentée par les copeaux de bois non utilisés pour la fabrication des manches : « Nous sommes à 80% autonome pour chauffer l’usine et les bureaux toute l’année. » L’entreprise s’est également engagée dans une démarche de suppression du plastique pour le packaging de ses produits. Opinel allie ainsi tradition et innovation en préservant l’héritage du passé tout en intégrant les progrès techniques à son développement.

Un outil universel et iconique

Transmis de génération en génération et adopté par les paysans, les randonneurs, les navigateurs, les jardiniers ou encore les cuisiniers du monde entier, l’Opinel est un objet universel. « Les anglo-saxons le décrivent comme un objet au design intemporel. », raconte Luc Simon. Le célèbre couteau est devenu un emblème du patrimoine français à l’international. Dès 1911, Joseph Opinel décroche une médaille d’or à l’exposition alpine de Turin. En 1985, il figure parmi une sélection des 100 objets les mieux dessinés de la planète au grand musée des arts et des sciences de Londres, le Victoria and Albert Museum. Il est aussi exposé au MoMa à New-York, célébré comme un classique parmi les classiques. En France, il est consacré par le dictionnaire Larousse en 1989. L’Opinel est désormais un nom commun à part entière, tout en préservant son statut de marque déposée.

Paul Bocuse disait toujours qu’il emmènerait uniquement un Opinel sur une île déserte !

Luc Simon, directeur général adjoint d’Opinel

Opinel peut aussi compter sur le soutien de formidables ambassadeurs parmi lesquels Ellen Mac Arthur, Eric Tabarly, ou encore Jean-Louis Etienne. « Paul Bocuse disait toujours qu’il emmènerait uniquement un Opinel sur une île déserte ! » Pour prendre toute la mesure de ce succès populaire, il suffit se rendre au Musée Opinel situé à Saint-Jean-de-Maurienne. Un espace entier est dédié aux témoignages de clients à travers le monde : « J’ai grandi en voyant toujours mon papa manger avec son Opinel, maintenant j’ai même le mien gravé. », « Dans la famille, on a toujours un Opinel dans la poche. » Plus de 130 ans après sa création, l’Opinel demeure un compagne fiable, symbole de qualité et de durabilité. Un objet toujours à la pointe qui fera la fierté des français, pour l’éternité.

Pour en savoir plus

En collaboration avec

Opinel

En 1890, au cœur des Alpes, Joseph Opinel a créé le couteau de poche qui porte aujourd’hui son nom. Toujours fabriqué en Savoie, simple, malin et durable, l’Opinel est universel et iconique. Transmis de génération en génération, il a été adopté par les paysans, les randonneurs, les navigateurs, les jardiniers, les cuisiniers… Aujourd’hui, grâce à son savoir-faire unique et une innovation permanente, Opinel étend sa collection avec la volonté de toujours proposer l’outil le mieux adapté à l’usage, du jardin à la table.

https://www.opinel.com/

Tous les mois, une tranche de terroir et de savoir-faire dans votre boîte mail

Vous êtes plus de 5000 abonné·es !