De l’or en grappe

De Marlenheim à Thann en passant par Colmar, Trimbacht, Ribeauville, Molsheim ou encore Mulhouse… le vignoble alsacien s’étend sur plus de 15 000 hectares. Les différents coteaux égrènent un chapelet de villages typiques aux chaumières colorées où il fait bon vivre. Récit d’un périple gourmand et enivrant.

Du Nord au sud, j’ai arpenté les routes alsaciennes, à travers ses vignes et ses champs sur plus de 170km. Guidée par la promesse de mille et une découvertes, cette vadrouille fut rythmée par la rencontre de nombreuses familles de vignerons, véritables ambassadeurs d’un terroir alsacien dont la réputation n’est plus à faire. Un terroir séculaire, qui vaut de l’or.

Terroir unique et art de vivre à l’alsacienne

Planté en coteaux sur une faille géologique contribuant à une grande variété de sols, le vignoble alsacien s’étend de Strasbourg à Mulhouse, sur plus de 15 000 hectares de vignes. Du granit au calcaire en passant par le schiste et le grès, cette mosaïque de sols est propice à l’épanouissement de nombreux cépages. Protégé des influences océaniques par la montagne vosgienne, le vignoble bénéficie aussi d’un microclimat idéal qui accentue les effets de l’ensoleillement en été et en automne.

Cette singularité permet aux raisins blancs de mieux mûrir ici qu’ailleurs en France, lui conférant ainsi une maturation lente et prolongée. Il en résulte des arômes complexes et uniques. Des vins plus généreux, plus riches et plus fruités qui retranscrivent avec fidélité les nuances des terroirs. Après ce préambule, il est donc grand temps d’aller découvrir et goûter tous ces trésors de l’Alsace !

Le meilleur vin n’est pas nécessairement le plus cher, mais celui qu’on partage.

GEORGES BRASSENS

Pour dénicher les secrets de ces contrées d’or, il faut prendre son temps. Aller à la rencontre des vignerons et boire leurs histoires. Car pour bien déguster un vin, il faut en connaître toutes ses subtilités. Rien de mieux pour cela que d’avoir le maître des lieux à ses côtés, pour l’apprécier à sa juste valeur. « Le meilleur vin n’est pas nécessairement le plus cher, mais celui qu’on partage. » disait Georges Brassens.

Produire du vin en Alsace est un art de (bien) vivre. Une tradition qui se transmet de génération en génération. À travers cette escapade alsacienne, j’ai eu envie d’en savoir plus sur le savoir-faire viticole de la région, mais aussi de rencontrer des personnes qui ont fait le choix de vivre au rythme de leurs vignes et des saisons.

Le Domaine de Lucas Rieffel

J’ai eu la chance de débuter cette route des vins, en allant à la rencontre de Lucas Rieffel. Chez les Rieffel, l’art de la vigne c’est une affaire de famille ! L’histoire de ce domaine remonte à l’avant-guerre, avec le grand-père de Lucas. Ce n’est qu’en 1996 que Lucas succède à son père André. Avec le même degré d’exigence que ce dernier, Lucas entreprend la conversion du domaine en agriculture biologique.

Situé à proximité du Mont Sainte-Odile, le vignoble est planté avec tous les cépages les plus emblématiques de la région : riesling, gewurztraminer, sylvaner et pinot noir et blanc. Du travail des sols jusqu’à la mise en bouteille, Lucas Rieffel met un point d’honneur à élaborer des vins authentiques, purs et concentrés, à l’image de leurs terroirs. Par sa curiosité, sa constante rigueur et sa passion qui jamais ne fléchit, il sublime l’art de « faire » du raisin. Un bon moment de partage, qui permet de prendre la mesure et le poids des traditions familiales au sein d’une exploitation agricole.

Les vins et cépage d’Alsace

Le vignoble alsacien s’exprime à travers pas moins de 51 grands crus qu’il faut savoir observer, travailler et apprécier. Les vins d’Alsace se déploient donc sur une gamme d’une incroyable diversité, des plus secs et légers aux plus opulents et corsés. Ces vins ont, pour la plupart, un potentiel de vieillissement sans limites.

Malgré un terroir d’exception, le plus oriental des vignobles de l’Hexagone reste moins connu que le Bordeaux ou le Bourgogne. Peut-être sommes nous vite effrayés par la complexité des dénominations des crus et des lieux-dits à consonance germanique. Gewurztraminer, Riesling, Sylvaner, Pinot gris, Pinot noir ou encore Muscat figurent parmi les cépages endémiques de la région.

En rouge, le pinot noir alsacien, longtemps victime d’une mauvaise réputation, prend aujourd’hui de la couleur et se densifie. Quant aux vins blancs, les vignerons abandonnent de plus en plus ceux chargés de sucres résiduels pour s’orienter vers des vins plus secs, plus tendus et précis. Preuve du dynamisme de l’Alsace et du désir de modernité de ses vignobles.

Si je devais résumer en quelques lignes les vins du terroir d’Alsace, je dirai que ceux du Bas-Rhin sont, par nature, plus discrets que ceux du Haut-Rhin. Ils peuvent parfois atteindre des sommets de finesse (terroir d’Andlau) ou de puissance (terroir de Barr). La partie Nord, quant à elle, donne des vins plus équilibrés. À vous de faire votre choix !

Le domaine Mittnacht

Pour ma deuxième étape viticole, je suis allé à la rencontre de la famille Mittnacht. C’est au pied de l’église fortifiée de Hunawihr, que cette famille élabore des vins de haute expression depuis trois générations. La famille Mittnacht dispose actuellement de 11 hectares de vignes répartis sur les meilleurs terroirs de Hunawihr, Ribeauvillé et Mittelwihr. Vignerons indépendants et producteurs de vins d’Alsace en agriculture biologique, ils sont depuis 1999 passés en agriculture biodynamique.

Notre engagement de tous les jours, c’est simplement de chercher à sublimer le raisin en élaborant des vins de qualité représentatifs du patrimoine alsacien

Famille Mittnacht

Aucun produit de synthèse dans le vignoble donc et un grand respect du cycle naturel de la vigne et de son terroir, tels sont les marqueurs forts de ce domaine, symbole d’une viticulture engagée. Il en résulte des vins de grande qualité, discrets, équilibrés, longs en bouche. L’aboutissement d’une rencontre entre un terroir, une vigne et un vigneron. « Notre engagement de tous les jours, c’est simplement de chercher à sublimer le raisin en élaborant des vins de qualité représentatifs du patrimoine alsacien », explique la Famille Mittnacht.

Une terre vivante

En Alsace, le vin est un héritage qu’il faut préserver. De plus en plus de vignerons reviennent à des méthodes de production traditionnelles, plus respectueuses de l’environnement et plus proches du vivant comme la biodynamie. Plus qu’une pratique agricole, c’est une vision engagée, un projet de vie qui donne un sens nouveau à leur métier. Les vignerons adeptes de la biodynamie entretiennent et nourrissent les sols où vont se côtoyer différentes variétés d’herbes, de fleurs et de plantes.

En Alsace, près de la moitié des domaines sont désormais certifiés en agriculture biologique ou en biodynamie et ce chiffre est en constante augmentation. Chaque année, de nombreux vignerons se convertissent, notamment parmi les plus jeunes qui reprennent les domaines familiaux. C’est donc toute une génération qui fait bouger les lignes depuis une vingtaine d’années.

Le domaine Fend

Situé à 20 km à l’ouest de Strasbourg, je me rend au domaine Fend, un domaine familiale entre tradition et modernité. Clément représente ainsi la 5e génération de vignerons ! Soucieux de préserver la biodiversité sur son vignoble, il travaille le sol avec une jument ardennaise, comme le faisaient les anciens. Son mantra: « Vivre en harmonie avec la nature, garder les traditions et toujours innover ». De cette visite, je retiendrai une phrase, prononcée par le père de Clément: « C’est Dame Nature qui décide, tu peux accompagner, soigner, orienter, participer ou aider à l’évolution, mais ce sera toujours elle qui aura le dernier mot. »

La vinaigrerie des Gourmets pour boucler la boucle

Avant de clôturer cette vadrouille en terre alsacienne, il m’était impossible de ne pas faire un détour chez David et sa famille, producteur de vinaigre. Cette vinaigrerie est installée dans le village de Gundolsheim. Elle a la particularité de ne proposer que des vinaigres élaborés à partir de vins d’Alsace biologiques. Ces vinaigres d’exceptions, en mono-cépage, conservent toute la typicité et le caractère des vins d’Alsace.

Muscat, Riesling, Gewurtztraminer, Sylvaner, Pinot noir… David et son fils rendent un véritable hommage aux cépages alsaciens pour prolonger le plaisir aromatique jusque dans nos assiettes. Guidés par leur passion commune pour la gastronomie et le terroir alsacien, David et son fils sont en recherche constante d’innovations afin de proposer de nouveaux produits.

Je terminerais ce récit par l’adage que David m’a confié entre deux dégustations de vinaigre : « Nul doute que c’est avec du bon vin et du temps que l’on obtient du bon vinaigre. » Je ne peux qu’être d’accord sur ce point après toutes ces rencontres. La patience, l’expérience et la passion seront toujours des gages de qualité.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Tous les mois, des rencontres hors du temps dans ta boîte mail

Vous êtes plus de 2000 abonné·es !