Échappée provençale au domaine La Tour du Bon

Le rendez-vous est donné au domaine de La Tour du Bon sur les hauteurs de Bandol dans le Var. Les vins de ce domaine de 17 hectares aux larges horizons, souvent bercé par le Mistral, sont le fruit d’un travail subtil et poétique. Chaque jour, Agnès Henry et son équipe font perdurer l’histoire familiale de ce lieu authentique pour offrir des vins rouges, rosés et blancs de Provence d’une exceptionnelle qualité. Immersion.

Lorsque nous franchissons les portes du domaine de La Tour du Bon, nous sommes frappés par la poésie du lieu. Ici, un sentiment de douce liberté se mêle à des forces telluriques. Dans ce décor provençal, les moutons pâturent paisiblement entre les vignes et les oiseaux trouvent refuge dans les arbres fruitiers. C’est que l’harmonie entre les Hommes et la nature font pleinement partie de l’histoire du domaine.

Mes parents sont tombés sous le charme du domaine, un lieu paisible, avec une vision lointaine et à 360°

Agnès Henry, gérante du domaine la tour du bon

Situé sur les hauteurs de Bandol, dans le département du Var, le domaine de La Tour du Bon tiendrait son nom d’une tour de vigie bâtie au point culminant du lieu pour assurer la protection des habitants du village à proximité. Le domaine fut, durant de longues années, une modeste ferme avant que les oliviers laissent place aux premières rangées de vignes dans les années 30.

L’apparition de l’appellation Bandol en 1941 convainc les propriétaires de l’époque de passer d’une production de raisin de table à un vin rouge étiqueté « Cru du Castellet » puis « Domaine de la Tour du Bon » à partir de 1955. En 1968, Claude et Robert Hocquard, les parents d’Agnès, rachètent le domaine et décident de planter du Mourvèdre et du Carignan, des cépages caractéristiques des vins de Bandol. « Mes parents sont tombés sous le charme du domaine, un lieu paisible, avec une vision lointaine et à 360°», raconte Agnès.

Bandol (AOP), un terroir entre terre et mer

Le Domaine de La Tour du Bon se situe au nord-ouest de l’appellation Bandol, face à la Méditerranée. Sa proximité avec la mer vient ainsi tempérer l’aridité de la région qui bénéficie d’un ensoleillement de 300 jours par an ! Les collines avec leurs pinèdes et leurs forêts de chênes, la brise marine et le redouté Mistral contribuent au climat propice à l’expression des cépages. « C’est un endroit battu par les vents quand il y a du Mistral, avec une très forte intensité lumineuse et pas beaucoup d’eau. Ces paramètres limitants participent à la poésie des lieux », explique Agnès.

Quant aux sols, les vins de Bandol bénéficient d’un terroir particulier. Le calcaire et le marne permettent au Mourvèdre, le cépage roi des vins rouges Bandol, de s’exprimer librement, atteignant des degrés de maturité rares.

La région Provence est une région assez modeste où l’on ne trouve pas de grands châteaux. Il a donc fallu mettre en place un cahier des charges stricte pour que le Bandol se positionne comme un vin prestigieux

Agnès Henry, gérante du domaine la tour du bon

La singularité climatique et géologique de la région associée à la virtuosité du Mourvèdre ont permis la création d’une Appellation d’Origine Protégée (AOP) Bandol aux exigences fortes comme l’obligation de 18 mois d’élevage en bois pour les vins rouges. « La région Provence est une région assez modeste où l’on ne trouve pas de grands châteaux. Il a donc fallu mettre en place un cahier des charges stricte pour que le Bandol se positionne comme un vin prestigieux », justifie Agnès.

Souvent considéré comme un des meilleurs vins rouges de Provence, le Bandol se caractérise par des tannins vigoureux qui acquièrent une force ronde avec l’âge. Il se marie parfaitement avec des viandes rouges mais également des champignons, du fromage de chèvre ou encore… du chocolat noir !

L’appellation Bandol produit également des vins rosés (à hauteur de 64 %) et des vins blancs dans une moindre mesure (à hauteur de 5 %).

Une histoire d’harmonie

Harmonie avec la nature, harmonie entre les cépages, harmonie entre les femmes et les hommes qui font vivre ce lieu. Telle est l’ambiance qui règne au domaine La Tour du Bon. Guidée par cet l’état d’esprit, Agnès prend la tête du domaine en 1990 avec comme ambition de donner une dimension supérieure aux vins.

Pour cela, Agnès s’appuie d’abord sur un environnement paisible et préservé. Les 17 hectares du domaine se développent depuis toujours en agriculture biologique, « c’est le minimum » estime Agnès. Chaque hiver, des moutons pâturent dans les vignes pour fertiliser les sols et contrôler le couvert herbacé entre les rangs de manière naturelle.

La nature de ce métier, c’est qui assez unique, c’est que l’on goûte le fruit de son travail. On peut le regarder, on peut le revisiter

Agnès Henry, gérante du domaine la tour du bon

Il a fallu ensuite se former, goûter, expérimenter. Issue du milieu du lait, Agnès a appris les rouages du métier sur le tas. « La nature de ce métier, ce qui assez unique, c’est que l’on goûte le fruit de son travail. On peut le regarder, on peut le revisiter », détaille Agnès. Elle s’entoure de vinificateurs ligériens pour maintenir l’exigence et l’excellence de ses vins. De nature curieuse et inspirée par une rencontre avec une vigneronne italienne, Agnès expérimente en 2013 la macération en amphore avec une cuvée nommée En Sol.

Des sujets de fierté qui n’empêchent pas Agnès et son équipe de garder les pieds sur terre et dans la terre « La taille du domaine nous oblige à être modeste », souligne-t-elle. Une modestie qui a indublitablement permis au domaine de traverser les époques avec poésie, rigueur et harmonie.

Liens utiles

Tous les mois, des rencontres hors du temps dans ta boîte mail

Vous êtes plus de 2000 abonné·es !